Angleterre : Bilan d'une expérience hors de mon commun

Chers lecteurs !

Je suis ravie de vous retrouver pour cette nouvelle année après une longue pause d'été..

Et comme premier poste, je vous propose un bilan de mon année de jeune fille au pair en Angleterre, afin de vous faire part de mes ressentis, mes meilleurs souvenirs jusqu'à mon retour en France car études obligent, je me devais de refouler le sol toulousain. Dans cet article je ne développerai pas mon expérience au sein de la famille ou avec les enfants, je parlerai de mes aventures sur mon temps libre, week-ends et vacances.

J'ai quitté l'Angleterre le 1er aout suite à l'arrêt de mon contrat auprès de ma famille d'accueil, qui avait besoin de moi uniquement jusqu'à la fin de l'école, à savoir, le 21 juillet. Vous constatez donc que j'ai prolongé le séjour d'une dizaine de jours, comme vous vous en doutez, je ne pouvais pas quitter l'Angleterre sans en profiter un minimum grâce notamment à l'assouplissement des restrictions liées à la Covid.

Je me permets de dire profiter, car entre le travail, le confinement, et le mauvais temps, ça n'était pas gagné !

Vous pouvez vous dire que je suis mauvaise langue, mais ces trois facteurs ont fortement influencé mes activités, visites, sorties...

Brighton





Guilford



Premières escapades

Dès mon premier week end de liberté (après une quarantaine de 14 jours), je me suis rendue à Brighton, avant même de mettre un pied à Londres. Deux heures de train, un vrai pas dans la culture anglaise, des rues colorées, par des tags ou des boutiques, des copines avec qui partager cette première aventure. Et de là est née l'envie de bouger dans les quatre coins du pays. Les week-ends qui ont suivi se sont déroulés à Londres, ville pleine de vie et de lumière, cosmopolite, bruyante et jamais ennuyante.

Nous commencions à visiter les endroits emblématiques, musées, monuments, églises...

Londres c'est aussi de nombreux quartiers avec des caractéristiques propres. De Covent Garden à Shoreditch en passant par Soho, où nous nous retrouvions chaque fois dans ce même petit bar pour déguster de délicieux cocktails, prémices de soirées agitées. Le rythme était différent de celui que nous avions en France, nous nous levions plus tôt, profitions entièrement de la journée puis débutions les hostilités à ce qu'on pourrait qualifier d'heure du goûter avant de s'éterniser parfois dans la nuit. Nous faisions chaque fois de nouvelles rencontres, nous échangions nos premières phrases en anglais (non sans mal) et tentions de nous intégrer au mode de vie londonien. J'ai également eu le temps de me rendre à Guildford (sous la pluie of course) et aussi à Oxford pour découvrir l'ensemble des bâtiments éparpillés qui constituent sa célèbre Université. Nous avons eu un mois et demi de liberté avant d'être coupées dans notre élan par le confinement.


Covent Garden


Lockdown

Le lockdown (ou confinement), a été mis en place dès le mois de novembre et jusqu'à mi-mars, nous n'en voyions plus la fin. Il s'agissait de « stay at home », autrement dit de rester bien au chaud chez soi en attendant que les chiffres de la Covid baissent (on a connu plus sympa comme programme).

Les mesures mises en place par le gouvernement anglais pouvaient s'apparenter à celles de la France, à savoir, fermeture des restaurants, bars, discothèques, lieux d'activités en extérieur et en intérieur, interdiction d'inviter des personnes chez soi, autorisation de sortie uniquement pour faire du sport ou des courses.

Seuls les parcs sont restés ouverts (c'est déjà ça!)

Néanmoins, nous n'avions pas besoin de nous munir d'une attestation pour sortir, ce qui nous permettait de nous promener autour de la maison, puis rapidement, nous pouvions rencontrer une personne en extérieur. Je voyais alors la seule amie au pair qui vivait dans la même ville.

Ces cinq mois m'on paru interminables, mais étant donné la suite, le jeu en valait la chandelle !

Mars : La libération

Boris Johnson annonce en direct à la télévision la fin de cinq mois de confinement et un retour progressif à la vie normale ! Ce fut un énorme soulagement pour mes amies et moi, car nous commencions à désespérer de ne pouvoir visiter autre chose que nos chambres ou nos jardins.

Nous pouvions enfin reprendre là où nous nous étions arrêtées.

Pour être totalement honnête, cette période était assez étrange car à la fois nous n'avions presque plus de restrictions mais en même temps nous prenions conscience que toute cette aventure arrivait au bout et que la plupart des "au pair" n'avaient plus que quelques semaines en Angleterre..

C'est pour cela que nous nous sommes vues tous les week ends et avons profité de chaque instant en ayant des activités variées !

J'ai eu la chance de visiter Liverpool (la ville des Beatles), Manchester et York. Ainsi que Bristol, Bath et Cheddar avec une grande randonnée à la clé.

A partir du mois de mai, nous avons consacré tous nos week ends à découvrir de nouveaux lieux, monuments ou musées à Londres.

Nous avons pu faire la fête, entre Soho et Picadilly Circus.

Les derniers moments en Angleterre passés à une vitesse folle et la présence du Covid malgré tout toujours ressentie m'ont laissés un sentiment d'inachevé (je n'ai pas testé les boîtes de nuit londoniennes). Comme une envie d'y retourner l'année prochaine pour poursuivre mes études.

Affaire à suivre...



Premier week end de liberté à Londres




Une soirée banale à Picadilly Circus

Anaïs A

85 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout